25/12/2009

JOYEUX NOEL !!

JE VOUS SOUHAITE DE TOUT COEUR UN TRES JOYEUX NOEL, POUR VOUS ET TOUS CEUX QUE VOUS AIMEZ !SURTOUT, SOYEZ HEUREUX ET QUE LA PAIX, LE BONHEUR, L'AMOUR ET LA SERENITE SOIENT AVEC VOUS TOUTES ET TOUS !!dyn007_original_336_350_gif_2595266_284f1b3f06de27c0eba5de95d4cd275f

24/12/2008

LA PLUS DOUCE NUIT DU MONDE

REGARDEZ CETTE MAGNIFIQUE VIDEOS, LES IMAGES SONT SUPERBES ET ECOUTEZ BIEN LES PAROLES QUI N'APPORTENT QUE DE LA JOIE...JE CONNAIS CETTE CHANSON ET A CHAQUE FOIS ELLE ME FAIT FRISSONNER !A VOUS TOUTES ET A VOUS TOUS JE VOUS SOUHAITE UN TRES JOYEUX NOEL ET QUE LE BONHEUR ET LA JOIE SOIENT DANS VOTRE COEUR !!!

24/12/2007

 

pere30
 

Bonjour Noël

Bonjour Noël, voici que dans les rues
La neige est revenue comme un tapis tout blanc
Bonjour Noël, bonjour belles vitrines
Qui le soir s'illuminent pour la joie des passants
Les petits nez s'écrasent pour mieux les admirer
Et les yeux pleins d'extase sont tout émerveillés

Bonjour Noël, chacun fait sa demande
Toutes les mains se tendent vers les jouets rêvés
Bonjour Noël, sonnez, sonnez les clochettes
C'est aujourd'hui la fête de la terre et du ciel

Petit Noël, j'ai vu des ta de choses
Pardonnez-moi si j'ose vous demander tout ça
Un long tunnel pour un train mécanique
Une boîte à musique, une poupée pour moi
Ils mettent leurs galoches près de la cheminée
Au loin sonnent les cloches
Il est minuit passé

Bonjour Noël, dormez chers petits anges
Soyez sages, en échange vous serez exaucés
Bonjour Noël, sonnez, sonnez les clochettes
C'est aujourd'hui la fête de la terre et du ciel

Joyeux Noël, bravo, j'ai ma toupie
Moi, ma poupée chérie, et moi, mon martinet
Joyeux Noël, dans l'arbre qui scintille
Toutes les bougies brillent quelle belle journée!
Dansons, dansons la ronde autour du grand sapin
Et dans le vaste monde, c'est le même refrain

Noël, Noël, c'est la joie sur la terre
C'est le cœur qui espère du bonheur pour chacun
Bonjour Noël, sonnez, sonnez les clochettes
C'est aujourd'hui la fête de la terre et du ciel
Bonjour Noël

dyn008_original_78_81_gif_2523935_647045cb5f0f3a67b11fc23a1ed72cd4

 

Le Noël de la rue


Petit bonhomme où t'en vas-tu
Courant ainsi sur tes pieds nus
Je cours après le Paradis
Car c'est Noël à ce qu'on dit...

Le Noël de la rue

C'est la neige et le vent                dyn005_original_139_220_gif_2568700_0a17a015ece7069cedc4c4aca84eb05a

Et le vent de la rue
Fait pleurer les enfants
La lumière et la joie
Sont derrière les vitrines
Ni pour toi, ni pour moi
C'est pour notre voisine
Mon petit, amuse-toi bien
En regardant, en regardant
Mais surtout, ne touche à rien
En regardant de loin...
Le Noël de la rue
C'est le froid de l'hiver
Dans les yeux grands ouverts

dyn008_original_78_81_gif_2523935_647045cb5f0f3a67b11fc23a1ed72cd4


                                     

 

 

        Le Noël des petits oiseaux


Les verts sapins de la vallée
Ce soir sont habillés de blanc
Plus d'un petit oiseau frissonne
Car il a neigé sur les toits
Mais chut... voici l'heure qui sonne
            petit_oiseau_002
Entendes vous ces douces voix ?            

Refrain
Il est minuit et Jésus vient de naître
Pour protéger les nids et les berceaux
Le ciel est bleu, le printemps va renaître
Noël, Noël pour les petits oiseaux
Noël, Noël pour les petits oiseaux

Merles pinsons, bergeronnettes
Se réveillant tous à la fois
Comme au bon temps des pâquerettes
Soudain font retentir les bois

Voyant que la neige étincelle                    petit_oiseau_002
Et que l'étoile brille aux cieux
Ces chers mignons battant de l'aile
Redisent dans leurs chants joyeux

Refrain

Les roitelets les rouges gorges
Quittant les toits et les buissons
Gazouillant comme au temps de mages
Et l'air était plein de chansons
Puis croyant au réveil du monde
Et préparant déjà leurs nids
Ils cherchaient de la laine blonde
        

Pour abriter tous leurs petits

Refrain

Mais tout à coup la nuit s'achève              petit_oiseau_002
Voici l'aurore au front vermeil
Et ne sachant si c'est un rêve
Chacun se dit "Quel doux soleil"
Car Noël sur les plaines blanches
A fait luire un beau rayon d'or
Pis sur les toits et sous les branches
On entend gazouiller encor

Refrain

L'ombre s'enfuit, le jour vient de paraître
Pour éclairer les nids et les berceaux
Le ciel est bleu le printemps va renaître
Noël, Noël pour les petits oiseaux
Noël, Noël pour les petits oiseaux

Source : http://www.dinosaria.com/

 

noel

             rad42E7C
                            

A VOUS TOUTES ET A VOUS TOUS MES TRES CHER(E)S AMI(E)S JE VOUS SOUHAITE DE TOUT COEUR UN TRES JOYEUX NOEL ET QUE CETTE NUIT PUISSE ETRE LA PLUS DOUCE ET LA PLUS MERVEILLEUSE DE TOUTES !!

MES PENSEES VONT EGALEMENT CE SOIR VERS TOUS CEUX QUI POUR QUELQUES RAISONS QUE CE SOIT N'AURONT PAS LA JOIE DE FETER NOEL ET DE SE RETROUVER EN FAMILLE.

MON VOEU LE PLUS CHER EST QUE LA PAIX ET LE BONHEUR PUISSE ENFIN ETRE SUR TERRE, QUE TOUTE LA MISERE DISPARAISSE DE LA SURFACE DU GLOBE ET QUE CHACUN D'ENTRE-NOUS CONNAISSE LA JOIE A LAQUELLE IL PEUT PRETENDRE ET SURTOUT, OH OUI, SURTOUT QUE TOUS LES HOMMES SE DONNENT LA MAIN !!                                           

  
   

              022

GROS BISOUS,

  
 Jean-Paul
  

  
   
 

  
   

08:30 Écrit par Jean-Paul dans Noël | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : chanson - paroles - voeux - noel |  Facebook |

19/12/2007

CONTE DE NOEL...

 


La petite fille aux allumettes
Conte d'Andersen


Il faisait effroyablement froid; il neigeait depuis le matin; il faisait déjà sombre; le soir approchait, le soir du dernier jour de l'année. Au milieu des rafales, par ce froid glacial, une pauvre petite fille marchait dans la rue: elle n'avait rien sur la tête, elle était pieds nus. Lorsqu'elle était sortie de chez elle le matin, elle avait eu de vieilles pantoufles beaucoup trop grandes pour elle. Aussi les perdit-elle lorsqu'elle eut à se sauver devant une file de voitures; les voitures passées, elle chercha après ses chaussures; un méchant gamin s'enfuyait emportant en riant l'une des pantoufles; l'autre avait été entièrement écrasée.
Voilà la malheureuse enfant n'ayant plus rien pour abriter ses pauvres petits petons. Dans son vieux tablier, elle portait des allumettes: elle en tenait à la main un paquet. Mais, ce jour, la veille du nouvel an, tout le monde était affairé; par cet affreux temps, personne ne s'arrêtait pour considérer l'air suppliant de la petite qui faisait pitié. La journée finissait, et elle n'avait pas encore vendu un seul paquet d'allumettes. Tremblante de froid et de faim, elle se traînait de rue en rue.
Des flocons de neige couvraient sa longue chevelure blonde. De toutes les fenêtres brillaient des lumières: de presque toutes les maisons sortait une délicieuse odeur, celle de l'oie, qu'on rôtissait pour le festin du soir: c'était la Saint-Sylvestre. Cela, oui, cela lui faisait arrêter ses pas errants.
Enfin, après avoir une dernière fois offert en vain son paquet d'allumettes, l'enfant aperçoit une encoignure entre deux maisons, dont l'une dépassait un peu l'autre. Harassée, elle s'y assied et s'y blottit, tirant à elle ses petits pieds: mais elle grelotte et frissonne encore plus qu'avant et cependant elle n'ose rentrer chez elle. Elle n'y rapporterait pas la plus petite monnaie, et son père la battrait.
L'enfant avait ses petites menottes toutes transies. «Si je prenais une allumette, se dit-elle, une seule pour réchauffer mes doigts? » C'est ce qu'elle fit. Quelle flamme merveilleuse c'était! Il sembla tout à coup à la petite fille qu'elle se trouvait devant un grand poêle en fonte, décoré d'ornements en cuivre. La petite allait étendre ses pieds pour les réchauffer, lorsque la petite flamme s'éteignit brusquement: le poêle disparut, et l'enfant restait là, tenant en main un petit morceau de bois à moitié brûlé.
Elle frotta une seconde allumette: la lueur se projetait sur la muraille qui devint transparente. Derrière, la table était mise: elle était couverte d'une belle nappe blanche, sur laquelle brillait une superbe vaisselle de porcelaine. Au milieu, s'étalait une magnifique oie rôtie, entourée de compote de pommes: et voilà que la bête se met en mouvement et, avec un couteau et une fourchette fixés dans sa poitrine, vient se présenter devant la pauvre petite. Et puis plus rien: la flamme s'éteint.
L'enfant prend une troisième allumette, et elle se voit transportée près d'un arbre de Noël, splendide. Sur ses branches vertes, brillaient mille bougies de couleurs: de tous côtés, pendait une foule de merveilles. La petite étendit la main pour saisir la moins belle: l'allumette s'éteint. L'arbre semble monter vers le ciel et ses bougies deviennent des étoiles: il y en a une qui se détache et qui redescend vers la terre, laissant une trainée de feu.
«Voilà quelqu'un qui va mourir » se dit la petite. Sa vieille grand-mère, le seul être qui l'avait aimée et chérie, et qui était morte il n'y avait pas longtemps, lui avait dit que lorsqu'on voit une étoile qui file, d'un autre côté une âme monte vers le paradis. Elle frotta encore une allumette: une grande clarté se répandit et, devant l'enfant, se tenait la vieille grand-mère.
- Grand-mère, s'écria la petite, grand-mère, emmène-moi. Oh! tu vas me quitter quand l'allumette sera éteinte: tu t'évanouiras comme le poêle si chaud, le superbe rôti d'oie, le splendide arbre de Noël. Reste, je te prie, ou emporte-moi.
Et l'enfant alluma une nouvelle allumette, et puis une autre, et enfin tout le paquet, pour voir la bonne grand-mère le plus longtemps possible. La grand-mère prit la petite dans ses bras et elle la porta bien haut, en un lieu où il n'y avait plus ni de froid, ni de faim, ni de chagrin: c'était devant le trône de Dieu.
Le lendemain matin, cependant, les passants trouvèrent dans l'encoignure le corps de la petite ; ses joues étaient rouges, elle semblait sourire ; elle était morte de froid, pendant la nuit qui avait apporté à tant d'autres des joies et des plaisirs. Elle tenait dans sa petite main, toute raidie, les restes brûlés d'un paquet d'allumettes.
- Quelle sottise ! dit un sans-coeur. Comment a-t-elle pu croire que cela la réchaufferait ? D'autres versèrent des larmes sur l'enfant; c'est qu'ils ne savaient pas toutes les belles choses qu'elle avait vues pendant la nuit du nouvel an, c'est qu'ils ignoraient que, si elle avait bien souffert, elle goûtait maintenant dans les bras de sa grand-mère la plus douce félicité
.

dyn002_original_308_193_gif_2582326_71f1f82d3f9abfb83dd0dd707a410728

00:06 Écrit par Jean-Paul dans Noël | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : conte - andersen - noel |  Facebook |